Accueil » Les sorties estivales » Découverte de la voie ancienne de Saint- Mathieu à (...)

Découverte de la voie ancienne de Saint- Mathieu à Kerilien


Idée proposée lors du colloque, par M Ellégoët de Saint-Derrien qui connaît bien Kérilien, et acceptée par M J-Y. Eveillard, Professeur à l’U B O, spécialiste des voies romaines.

Le 17 juillet 1995 : Temps gris . La pluie a dissuadé quelques participants inscrits, remplacés par d’autres le matin même. Si bien que nous sommes 26 à prendre la route, " an hent meur " disait-on jadis.

Avant le départ : présentation par M J-Y. Eveillard des voies romaines en général et celles du secteur (étudiées sous sa direction par M Kérébel ).

Puis arrêts aux endroits les plus significatifs :

- près de Keriel ( Pen ar Prat), où subsiste un talus qui bordait la voie en direction de Saint-Mathieu.

- le groupe passe ensuite devant la chapelle Saint-Jean et suit la voie, qui se confond avec la route le Lannou-Goasmeur. A cet endroit, on prend la route de Saint-Renan ( jadis jalonnée de plusieurs croix ). On passe à Ti - Baol, puis à la Madeleine et l’on rejoint l’embranchement de la route du Conquet - Saint-Renan. Cette route vers le Conquet était également une voie ancienne . On passe devant Kervadeza et l’on parvient à Croaz ar Bis, embranchement de la route de Ploumoguer (autre voie ancienne). Là subsiste un tronçon de voie "romaine" naguère utilisée pour se rendre à Saint -Renan. La voie traverse la colline, rejoint Pont l’Hôpital puis remonte vers Quillimerien. A cet endroit le tracé passe " à travers champs ", au sud du village et rejoint le nouveau rond-point situé sur la route Saint-Renan-Plouzané. La nouvelle route, qui part de ce rond-point et descend dans la vallée de l’Aber Ildut, reprend le tracé ancien de la voie. Au delà de Ti Colo, elle remonte en direction de Gouesnou.

A Bégavel, la route de Gouesnou s’écarte du tracé de la voie ancienne. Il faut retrouver cette dernière vers le nord, en prenant à gauche au carrefour de Kerviniou. Ensuite, on suit la voie avec une interruption au sud-est de Bourg-Blanc. Il faut faire un crochet par ce bourg et rejoindre la route en direction de Plabennec.

A l’est du hameau du Cloître-Izella, débouche l’ancienne voie que l’on suit de nouveau jusqu’à Scaven au rond-point de Plabennec. On prend alors la route de Ploudaniel.

Un crochet vers le sud nous permet d’atteindre Lesquelen où Jo Irien nous accueille. Nous aurions eu besoin de plusieurs heures pour bien étudier le site, où, dans l’enclos se superposent les ruines de trois chapelles. La motte féodale, en partie couverte de dalles, est encore impressionnante, bien qu’elle ait perdu les constructions qui la couronnaient et en faisaient un poste de guet remarquable.

Merci à Jo Irien... et qu’il nous pardonne notre retard.

Après le pique-nique, nous rejoignons l’ancienne voie et bifurquons cette fois vers le nord pour visiter Loc Mazé qui fut prieuré de l’Abbaye de Saint-Mathieu. Anciennement située sur la petite paroisse de Bréventec, Loc Mazé dépend maintenant du Drennec.

L’enclos de la Chapelle occupe le rebord du plateau qui domine la verdoyante vallée de l’Aber-Benoît. Gros ruisseau à cet endroit, le cours d’eau alimentait un moulin dont il ne reste que quelques pierres. Près de la Chapelle une stèle basse de l’âge du fer est bien en valeur sur la pelouse . Au pied de la colline, l’eau d’une fontaine toute simple s’écoule dans la prairie et rejoint l’Aber-Benoît.

M et Mme Marzin nous accueillent sur le site et nous présentent leur chapelle. En très mauvais état il y a quelques années, elle a été complètement restaurée par l’Association " Buhez a Plijadur e Loc Mazé " qui organise chaque année un pardon et une fête afin de financer les travaux. ( troisième dimanche d’août ).

François Jestin, une des chevilles ouvrières de cette association, est aussi membre des Amis de Saint Mathieu .

Nous remercions M et Mme Marzin et quittons ce lieu merveilleux qui doit tenter les artistes. De Loc Mazé, nous nous dirigeons vers Ploudaniel puis vers Lantanguy, situé en Trégarantec.

Au cadastre du XIXème siècle, la croix dite " Croaz ar Chapel " se trouvait au milieu du carrefour. Elle est aujourd’hui édifiée sur le côté nord de la route. De là un chemin conduisait vers le nord dans la vallée puis remontait sans doute sur le versant opposé, où se situe un " parc an Chapel " aujourd’hui remembré. Il n’y a plus de chapelle. Un cultivateur voisin nous a dit avoir trouvé dans le champ " des pierres bonnes pour la construction ". Par ailleurs, dans le tiers supérieur du terrain, on peut récolter "des pierres rouges " ..., fragments de tuiles qui semblent très ancienne. Les vestiges gallo-romains abondent dans le secteur ... Nous laissons Lantanguy et son mystère et reprenons à nouveau la route de Kérilien

Entre Ploudaniel et Kérilien, nous observons plusieurs croix anciennes sur lesquelles des armes diverses sont gravées. Souvenir de combats ? Après Kerargroas, nous descendons de voiture, et ; devant le jardin en pente d’une coquette villa, L. Ellégoët (venu nous rejoindre à Lesquelen), nous dit : " ce terrain est un ancien cimetière de la ville de Vorganium. On y a retrouvé des urnes contenant des crânes ..." Pourquoi n’a t-on pas sauvegardé ce lieu ? Plusieurs parties de l’ancienne ville ont été fouillées, il y a près de 20 ans... Puis les fouilles furent recouvertes et le terrain remis en culture.

Le groupe à Loc Mazédu Drennec autour de M. Marzin et J.Y. Eveillard

Vorganium fut très anciennement un carrefour de chemins et un centre de commerce et d’artisanat. Des vestiges de l’époque gauloise ont été trouvés sur le site, mais les vestiges gallo-romains sont particulièrement nombreux. Le forum a pu être localisé. L’ancien théâtre dont subsistent quelques briques du mur de scène est désormais "protégé"mais on ne peut rien visiter.

La tête pleine de ces évocations d’un passé prestigieux, détruit ou enseveli, nous traversons lentement l’ensemble du site de l’ancienne ville (diamètre : 1 200 m à 1500 m), puis retrouvons, au delà de la route moderne de Lesneven à Landivisiau, la voie romaine se dirigeant vers Saint-Pol. Laissant nos voitures, nous empruntons un chemin assez étroit et ombragé. Il suffit de se baisser pour recueillir un fragment de tuile ;les vestiges abondent dans tout le secteur. Beaucoup de poteries et autres objets sont présentés au musée de Lesneven ou sont à l’abri chez des particuliers.

Au terme de cette journée, finalement très ensoleillée depuis midi, nous remercions M J-Y. Eveillard et M Louis Ellégoët, de nous avoir si bien guidés sur ce chemin où tant de pas, au cours des siècles, précédèrent les nôtres.

M Ellégoët suggère qu’un jour, en sens inverse, une marche conduise des pèlerins vers Saint-Mathieu....